Bonjour !

Je suis Sandrine Adam

^sand.jpg
^sand.jpg

Hypnothérapeute en Vendée

 

Je suis Sandrine Adam, praticienne en hypnose et également assistante dentaire, je me suis intéressée à l'hypnose au départ, pour aider mes filles qui avaient toutes les deux des phobies.

 

C'est à partir de ce moment que j'ai cherché une formation en hypnose que j'ai effectué avec Carine Guldner aux Sables d'Olonne, et j'ai poursuivi ensuite pour me spécialiser avec

David Vigneron  Infirmier d'état,

j'ai appris grâce à lui les méthodes:

"Arret-Tabac.net®"

"Hypno-Antalgie® et l'EFT.

 

 

HYPNOTHERAPEUTE VENDEE

J'aime écouter les autres, et c'est un grand plaisir pour moi de pouvoir apporter mon aide avec tous ces outils que j'ai appris à utiliser.

Les principes de l'hypnose Ericksonienne


L'hypnose Ericksonienne est une forme de thérapie qui intervient comme un outil au sein même d'une psychothérapie. Développée par Milton Erickson, psychiatre et psychologue américain, en 1980, son but est de faciliter cette dernière en permettant au conscient et à l'inconscient- stimulé grâce à l'hypnose - de coopérer afin de trouver les solutions qui pourront résoudre ce qui pose problème.
Cet outil thérapeutique est basé sur le postulat que l'individu possède en lui les ressources nécessaires pour faire face à toutes les situations. Ainsi, cette méthode sollicite la participation active du patient

Quelles en sont les indications ?

L'hypnose Ericksonienne est essentiellement préconisée pour des personnes ayant des troubles obsessionnels, des problèmes de dépendance (pour arrêter de fumer notamment) ainsi que d'angoisse. Elle est par exemple efficace pour dépasser la peur d'un examen. 

Comment se déroulent les séances d'hypnose Ericksonienne ?

Le thérapeute induit chez son patient un état hypnotique qui lui permet d'accéder à son inconscient. Si la relaxation est souvent à l'origine de cet état, d'autres manières de faire sont possible comme la mise en avant de la parole ou du langage symbolique (métaphores) par exemple.

Le thérapeute, qui induit la modification de la conscience, se positionne également comme un guide. En effet, il invite son patient à orienter son attention sur un souvenir positif et à s'exprimer à ce sujet

Son rôle est ensuite de soutenir son imaginaire, par le biais de la conversation, pour l'aider à trouver lui-même les ressources qu'il possède et qui pourront l'aider à résoudre ses problèmes.

Les limites de l'hypnose Ericksonienne 

L'hypnose n'a pas pour but de soigner une pathologie mais plutôt d'accompagner une personne dans sa démarche. Elle reste une aide complémentaire mais ne remplace en aucun cas un suivi médical approprié en cas de problème de santé, physique ou mental.

Etudes et législation

La profession d'hypnothérapeute n'est pas règlementée en France comme dans la plupart des pays européens. 

Le syndicat des Hypnothérapeutes professionnels (SNH) oeuvre pour la reconnaissance de la profession et entend parallèlement développer une réflexion prospective avec le ministère des Solidarités et de la Santé, pour renforcer la prévention, expérimenter des prises en charge innovantes et contribuer à la réalisation d’économies.

Quelle efficacité ?

L’état hypnotique et les effets de l’hypnose sont prouvés scientifiquement depuis la seconde moitié des années 90, notamment grâce à l’imagerie cérébrale (IRM fonctionnelle et PET-Scan). C'est une des thérapies les plus étudiées dans les dix dernières années avec un nombre de publications extrêmement important. L’American Health Magazine (2006) a réalisé la comparaison suivante (à relativiser en fonction du type de trouble et des problématiques) :

1. Psychanalyse: 38% d'auto-guérison après 600 séances
2. Thérapie comportementale: 72% d'auto-guérison après 22 séances
3. Hypnothérapie: 93% d'auto-guérison après 6 séances

L'état hypnotique

Chacun a pu faire l’expérience d’un roman dont la lecture consciencieuse permet de nous évader, ou celle d’une suspension hors du temps à force de contempler le mouvement des vagues, etc. En bref, chacun a pu faire l’expérience d’un état de conscience modifiée (différent donc de l’état de veille habituelle). L’état hypnotique est précisément ce moment de conscience où les choses sont perçues autrement. Depuis la seconde moitié des années 90, cet état a été identifié et caractérisé en imagerie cérébrale (IRM fonctionnelle et PET-Scan), attestant ainsi de son existence réelle. Scientifiquement, on peut maintenant affirmer que l’état hypnotique est une réalité.

Se mettre en état d’hypnose, ou faire de l’hypnose avec un praticien, c’est reproduire intentionnellement cet état de conscience avec un objectif qui varie selon le cadre dont il est question (détente, soin, évolution personnelle…).

L’état hypnotique étant la reproduction d’un état naturel et spontané, tout le monde peut y avoir accès, mais pas forcément de la même façon. Si la plupart des individus répondent bien à des suggestions verbales directes, d’autres auront besoin d’une approche indirecte pour provoquer l’état de conscience modifiée recherchée.

Par contre, l’apprentissage de la méthode et sa répétition régulière permet à chacun de pouvoir entrer avec de plus en plus d’aisance et de rapidité en hypnose : comme pour un sport, plus on s’exerce et plus on progresse !

Les différents types d'hypnose

Tous les types d’hypnose sont des systèmes d’induction qui véhiculent des images et des mythes sociaux. Ils ne diffèrent que très peu.

  • L’hypnose classique : l’hypnose classique date de 1841 et fonctionne avec des suggestions directes (« les araignées sont des bêtes inoffensives », par exemple) qui sont les mêmes pour tous les sujets ayant le même objectif. Autoritaire et directe, l’hypnose classique est la plus utilisée. Son utilité est reconnue pour un certain nombre de problèmes comportementaux, comme les phobies, et pour modifier le ressenti corporel.

  • Hypnose Ericksonienne : développée au milieu du 20ème siècle par le psychiatre et psychologue américain Milton Erickson, l’hypnose Eriksonienne comprend de l’hypnose classique mais ne fonctionne pas de façon linéaire. Pour son créateur, une structure psychophysique est beaucoup trop complexe pour que quiconque puisse décider comment intervenir avec un symptôme. Il proposait donc de solliciter la créativité de l'inconscient et de l'inviter à exprimer ce qui pourrait être changé pour rendre une certaine situation moins difficile. Ce type d’hypnose suit le cheminement « erratique » de l'inconscient. Elle puise parmi plusieurs techniques de communication afin de provoquer un dialogue entre celui-ci et le conscient : métaphores, recadrage, activation de rêves, suggestions indirectes ou composées, altération sensorielle, etc.

  • L'hypnose humaniste : cette forme d'hypnose n'utilise pas de suggestions directes et vise à permettre à l'individu d'accéder à son inconscient, mais également à sa conscience supérieure. Ici, le thérapeute est un guide qui aide le patient à cheminer et à donner du sens à ses troubles.

  • La nouvelle hypnose : le terme "Nouvelle Hypnose" a été créé en 1979 par Daniel Azaoz. Cette forme d'hypnose utilise certains outils de l'hypnose Ericksonienne, classique, ainsi que certains éléments issus de la PNL.

  • Hypnose de spectacle/de rue : comme son nom l'indique, ce type d’hypnose est utilisé pour faire du spectacle et n’a pas de but thérapeutique, juste récréatif.

Les contre-indications

Chez les sujets psychotiques où le rapport à la réalité est altéré, l'hypnose ne doit être pratiquée que par des médecins spécialisés.

Pour la même raison, bien que l'efficacité de l'hypnose dans le traitement des addictions soit prouvée; elle est déconseillée aux sujets ayant consommé des drogues ou de l'alcool peu de temps avant la séance.